Collectif Soutenons Le Mur

Archive Collectif Le Mur – Psychanalyse à l'épreuve de l'autisme – Sophie Robert

Print Friendly, PDF & Email

Message de soutien au film Le Mur de Sophie Robert, envoyé par Ashrafi Kassamaly, Psychologue clinicienne et mère d’enfant autiste.

Message posté à l’origine sur autismeenfrance

——

ASHRAFI KASSAMALY
Psychologue clinicienne
guion.ashrafi@orange.fr
38 RUE SAINT LAURENT 38000 GRENOBLE


En qualité de psychologue clinicienne diplômée de la Sorbonne, ayant un enfant autiste de 18 ans, suite à votre diffusion du film LE MUR, mon parcours personnel prend une valeur exemplaire dans l’impossibilité de se faire entendre à l’heure actuelle en France de la nécessité des méthodes éducatives pour la prise en charge dans l’autisme, car nous sommes toujours mis dans une situation d’imposture.


Devant le refus des centres de le scolariser: « VOUS N’Y PENSEZ PAS VOTRE ENFANT SE TIENT LA TËTE EN ENTRANT DANS LA SALLE DE CLASSE »


Mon expérience m’a engagée à prendre en charge depuis son jeune âge, en complément des centres Français où l’enfant reste replié (auparavant agité) une prise en charge éducative de deux heures par jours au cours desquelles on sollicite l’enfant afin de lui permettre de surmonter ses déficits : il se centre se concentre et a unemeilleure compréhension de la vie environnante, a réussi à développer ses compétentes en natation, au ski, au cheval preuves à l’appui…


J’ai écrit un livre qui va paraître afin de montrer l’intérêt de ses méthodes que j’avais appliqué avant de les connaître comme une méthode


ZEBULON : AUTISME METHODE ABA ?


L’adéquation de ses méthodes qui sollicitent l’enfant de façon à développer les échanges et les communications m’a surprise au point que cet été un déclenchement tout azimut du langage me conforte de penser que l’enfant autiste a des fonctions qui sont présentes et qui ne demandent qu’à être développées.


Aussi, je suis révoltée d’entendre que l’on perde le temps en dormant, durant les séances de prises en charge. C’est comme ci on espérait qu’un bras partiellement non fonctionnel se remette sans rééducation à fonctionner.


Si le but de la psychanalyse est de laisser advenir la personne comment une fonction éteinte pourrait elle se réanimer par magie ?
Comme il n’y a pas de magie alors rien ne passe et je comprends le discours dans le film qui renvoie un sentiment d’impuissance des intervenants.
Si l’enfant autiste devient un robot par ses méthodes, sans sollicitations nous sommes dans le cas de l’hospitalisme de Spitz.


Est- il préférable de le voir se replier en position fœtale, plutôt que de le voir nous marquer ses préférences en nous montrant ou désignant son intérêt, ou développer ses compétentes de communication verbales, sportives, psychomotrices? Lequel de ces deux enfants est le plus vibrant à la vie ?


L’imposture vient d’une vision incorrecte de l’autisme qui doit être pris sur un mode de problématique déficitaire.


Je vous envoie mon témoignage afin de faire valoir de ce qui est de droit car tous les enfants pris à temps ont un espoir d’une vie plus adaptée sans maltraitance par négligence, car enfin à la longue cela coûte plus cher à la sécurité sociale de payer a fonds perdus pour LE MUR VERS LEQUEL ON LES DESTINE

admin On novembre - 30 - 2011
  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Youtube

Officiel : Fin de partie po

  Suite à la décision de justice du 26 janvier 2012, ...

Sciences et Avenir : "Autis

Sciences et Avenir consacre un dossier de 6 pages dans ...

La campagne Grande Cause Na

La campagne grand publie de l' "Autisme Grande Cause Nationale ...

Sénat : Evaluation de l'im

Le Sénat a publié il y a quelques jours la ...

Franck Ramus (CNRS) pose de

Franck Ramus est directeur de recherches au CNRS, au Laboratoire ...