Collectif Soutenons Le Mur

Archive Collectif Le Mur – Psychanalyse à l'épreuve de l'autisme – Sophie Robert

Courrier de Fabienne Cazalis, phD à Sophie Robert

Paris, 1er décembre 2011

Chère Sophie Robert,

Cette lettre a pour objectif de commenter les citations à caractère scientifique des personnes interviewées dans votre documentaire intitulé « Le Mur ». Je vous adresse ces commentaires en tant que docteur en Sciences Cognitives (EHESS, 2002) ayant travaillé pendant 6 ans dans la recherche en neurosciences à UCLA (University of California Los Angeles, USA). J’ai ensuite exercé comme professeur de neurosciences en Faculté de médecine (Ross University School of Medicine). Les remarques que je fais dans cette lettre ne requièrent pas de spécialisation scientifique pour être comprises.

Dans l’ensemble de votre documentaire, seules trois références scientifiques sont faites par les praticiens interviewés, respectivement par les Docteurs Alexandre Stevens, Bernard Golse et Aldo Naouri. Le fait que ces citations soient limitées à trois suggère une pauvreté de référentiel scientifique dans le discours de l’ensemble des praticiens interviewés. Concernant ces citations à caractère scientifique, la première (Dr Stevens) est tout simplement fausse. Les deux suivantes (Dr Golse et Dr Naouri) sont des interprétations orientées de faits partiels et sortis de leur contexte, et ne peuvent en aucun cas être considérées comme justes. Je partage avec vous mon étonnement face à ce qui pourrait, dans certains cas, être vu comme un manquement aux articles 11 et 13 du code de déontologie médicale (joints à cette lettre).

Voici le détail de mon raisonnement :

Citation du dr Alexandre Stevens

Psychiatre en chef de l’institution pour enfants le Courtil, Tournai
Vidéo partie 1
Timecode 12’17 »

« on n’est pas cablé neurologiquement pour le langage […] l’essentiel, c’est que le langage, justement, il est hors de l’organisme »

Cette citation est incompréhensible. L’être humain est évidemment cablé neurologiquement pour le langage. Les études montrent que la latéralisation des aires du langages (le fait que les zones du cerveau dédiées au langage soient situées sur l’hémisphère gauche, le cas général, ou bien sur l’hémisphère droit, ou encore bilatéralement) est présente dès la naissance.
Comment un psychiatre, qui est supposé avoir étudié le développement cérébral du bébé et de l’enfant, ainsi que toutes les pathologies neuropsychologues dues à des lésions du cerveau, peut-il énoncer une telle contre-vérité ?

Citation du Pr .Bernard Golse

Chef du service de pédopsychiatrie de l’hôpital Necker, Paris
Vidéo partie 1
Timecode 10’16 »

« dès que le bébé est conçu, l’organisme maternel va immédiatement sécréter une vague d’anticorps très forte pour expulser ce bébé qui est a demi étranger pour le corps de la mère […] Finalement la première chose que biologiquement la mère ne supporte pas chez son bebe, c’est la partie qui vient du père »

Dans cette citation, le Pr Golse prend comme modèle la réaction immunitaire maternelle a l’implantation d’un corps étranger qu’est la nidification du foetus pour démontrer que la mère, par essence, rejette ce qui vient du père, et il semble en déduire une généralisation des relations père-mère.

C’est une interprétation très contestable. S’il est vrai que l’implantation du foetus peut être assimilée à une allogreffe, ce qui est frappant, c’est précisément le fait que le système immunitaire maternel soit aussi tolérant et que le foetus ne soit pas systématiquement rejetté !
Le terme scientifique pour décrire ce phénomène est « maternal immune tolérance ». Cette tolérance immunitaire maternelle implique le trophoblaste, un tissu foetal, suivant un équilibre bien plus complexe que la description donnée par le Pr Golse. Cette adaptation immunitaire ne peut en aucun cas être réduite, ni même comparée, à une « double-négation », ainsi qu’il le suggère.

Citation du Dr. Aldo Naouri

Pédiatre, Paris
Vidéo partie 2
Time code18’06 » et suite au début de la partie 3

« En 1984, il y a un biologiste qui fait la démonstration assez extraordinaire que le placenta est d’origine paternelle exclusive. C’est-a-dire qu’il est sous le contrôle de gènes portés par le spermatozoïde. Autrement dit, le placenta, c’est ce qui permet à une mère de ne pas détruire son enfant, et à un enfant de ne pas tuer sa mère. […] autrement dit, c’est un élément régulateur entre eux, c’est une interposition ce placenta. C’est-à-dire que, en gros, on a le sentiment comme ça que l’attitude du père à l’intérieur des décisions qu’il prend, de ce patriarcat qu’il instaure, de cette domination masculine, a été toujours une rechercheempirique de cette fonction que le placenta occupe et qui permet à chaque enfant de venir au monde sans être détruit. »

A l’instar du Pr. Golse, le Dr. Naouri utilise des connaissances scientifiques pour justifier un modèle des relations père-mère-enfant. En l’occurrence, les faits auxquels il se réfère sont si déformés et sortis de leur contexte qu’ils en deviennent faux, pour les trois raisons détaillées
ci-dessous :

Tout d’abord, le placenta humain est un tissu d’origine mixte, provenant de la fusion de l’endomètre de la mère et du trophoblaste du foetus. Il est impossible d’interpréter le placenta comme étant « d’origine paternelle exclusive ».

De plus, il est surprenant de réduire le placenta à un organe de défense. C’est avant tout un organe de nutrition, d’oxygénation et de nettoyage du sang foetal…

Enfin, le phénomène évoqué, appelé « Gène soumis à empreinte », décrit comment certains tissus sont déterminés non pas par les deux allèles (maternel et paternel) des gènes impliqués, mais par un seul allèle, soit maternel, soit paternel. S’il est vrai que chez les souris, le rôle des gènes d’origine paternelle est essentiel pour la constitution du placenta, il n’en est pas de même chez tous les mammifères ! Chez les Humains, il y a effectivement une influence des gène soumis à empreinte lors de la constitution du placenta, mais cette influence est mixte, avec action combinée de certains allèles provenant du père et d’autres provenant de
la mère. Je joins a cette lettre une illustration tirée d’une revue scientifique récente, qui résume l’état des connaissances concernant les participations respectives allèles paternels et maternels concernant le placenta
(http://www.plosgenetics.org/article/info:doi/10.1371/journal.pgen.1001015).

En vous souhaitant bonne réception de ce courrier, je me tiens à votre disposition si
vous souhaitez de plus amples informations.

Fabienne Cazalis

Extrait du code de déontologie médicale :

Article 11 (article R.4127-11 du code de la santé publique)
Tout médecin doit entretenir et perfectionner ses connaissances ; il doit prendre toutes dispositions nécessaires pour participer à des actions de formation continue. Tout médecin participe à l’évaluation des pratiques professionnelles.
Article 13 (article R.4127-13 du code de la santé publique)
Lorsque le medecin participe a une action d’information du public de caracte e educatif et sanitaire, quel qu’en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire etat que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des repercussions de ses propos aupres du public. Il doit se garder a cette occasion de toute attitude publicitaire, soit personnelle, soit en faveur des organismes ou il exerce ou auxquels il prete son concours, soit en faveur d’une cause qui ne soit pas d’interet general.

Posté à l’origine sur

admin On décembre - 1 - 2011

Comments are closed.

  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Youtube
Le_mur_censuré

Officiel : Fin de partie po

  Suite à la décision de justice du 26 janvier 2012, ...

2012-03-29-Sciences-et-Avenir-3339221

Sciences et Avenir : "Autis

Sciences et Avenir consacre un dossier de 6 pages dans ...

2012-campagne-collectif-autisme-grande-cause

La campagne Grande Cause Na

La campagne grand publie de l' "Autisme Grande Cause Nationale ...

logo-Senat

Sénat : Evaluation de l'im

Le Sénat a publié il y a quelques jours la ...

2012-Franck-Ramus

Franck Ramus (CNRS) pose de

Franck Ramus est directeur de recherches au CNRS, au Laboratoire ...