Collectif Soutenons Le Mur

Archive Collectif Le Mur – Psychanalyse à l'épreuve de l'autisme – Sophie Robert

Par David Heurtevent, Asperger, MA Georgetown

 

Nombre de  jeunes parents et d’étrangers ne comprennent pas bien la force des liens qui unissent la psychanalyse et la politique française. Le 14 février 2012, je dénonçais ici-même le soutien du Parti Communiste Français et de la CGT-Santé aux pratiques de torture du packing dénoncées depuis par l’ONG internationale Disability Rights International. Je mettais en évidence les liens entre une partie de la gauche française (Martine Aubry, PCF, Verts, NPA, Parti de Gauche) et Pierre Delion, principal investigateur du packing. Cet amalgame m’ayant été reproché par certains, j’ai décidé d’aller plus loin en disséquant superficiellement quelques liens idéologiques et politiques entre la psychanalyse et la gauche française.

La relation entre la psychanalyse et la gauche française n’est pas nouvelle.  L’alliance entre freudiens d’une part et les marxistes (et trotskistes) d’autre part a ses racines dans le mouvement culturel de Mai 68. Ainsi, « à la fin des années soixante, la psychanalyse apparut, à la lumière de certains commentaires freudo-marxistes, comme un idéal révolutionnaire qui aurait sans doute surpris Freud » écrivait Alain de Mijolla et de Sophie de Mijolla Mellor dans « Psychanalyse » paru au PUF en 1996 (p. 792).

Aujourd’hui, cette alliance théorique influence clairement l’appel du Front de Gauche pour une psychiatrie accueillante et non sécuritaire du 26 janvier 2012: « L’objet de la psychiatrie est de prendre en charge des pathologies, parfois pendant des années, de prendre soin des patients, ce qui suppose une relation thérapeutique fondée sur la confiance et non de traiter des symptômes, ni de normaliser des individus ou des populations. » Cet appel critique ouvertement la normalisation des soins via des protocoles et l’évaluation et « des techniques cognitivo-comportementales (TCC), sensés permettre des prises en charge relationnelles courtes ». L’appel conclue : « le Front de Gauche souhaite  refonder une psychiatrie respectueuse de la personne, prenant en compte la dimension psychodynamique de la pathologie. […] Les apports de la psychanalyse demeurent essentiels ». La psychanalyse, son refus de l’évaluation et son opposition avec les TCC sont donc au cœur de ce discours politique.

Le courant freudo-marxisme s’exprime également au travers d’amitiés individuelles à l’occasion des campagnes présidentielles. Nous pouvons ainsi évoquer l’amitié entre le candidat à la présidentielle du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon et le psychanalyte et chroniqueur Gérard Miller ou les liens entre François Hollande et Elisabeth Roudinesco.

Concernant Gérard Miller, France Soir rapportait ainsi dans son édition du 30 juin 2011 : « Gérard Miller, le plus médiatique des psychanalystes, semble à son aise dans le grand meeting du Front de gauche (PC et Parti de gauche) qui s’est déroulé ce mercredi soir à Paris, place Stalingrad. Ancien maoïste lors de ses années étudiantes, le grand ami de Laurent Ruquier, qui s’était déjà engagé lors de la campagne du communiste Robert Hue en 2002, est cette fois venu soutenir officiellement Jean-Luc Mélenchon

Ce choix de Gérard Miller a été depuis confirmé par l’intéressé dans un article du Parisien du 24/02/2012 : « Je voterai au premier tour pour Jean-Luc Mélenchon, c’est-à-dire pour celui qui est le plus à gauche et le plus captivant. ». Il indique d’ailleurs également dans cet article qu’il votera François Hollande au second tour en « légitimiste de gauche ».

Cette amitié est de longue date et s’est faite au contact de révolutionnaires d’Amérique latine tels Hugo Chavez. France Soir décrit cette relation : « Les deux hommes se connaissent depuis longtemps, et se sont cotoyés « dans tous les endroits mal famés que fréquentent les gens de gauche » s’amuse Miller. Notamment à la mairie du XIème arrondissement de Paris, qui fut dirigée par le chevènementiste Georges Sarre jusqu’en 2008 : « Sarre avait l’habitude de recevoir tous les révolutionnaires d’Amérique latine, à l’image d’Hugo Chavez. Mélenchon et moi, nous nous retrouvions lors de ces réceptions »».

L’historienne de la psychanalyse Elisabeth Roudinesco ne cache pas non plus ses amitiés politiques et ses rencontres « en privé » avec François Hollande, alors Premier Secrétaire du Parti Socialiste lors de la campagne référendaire de 2005 ou de la campagne présidentielle de 2002 pour faire du lobbying. Elle évoque également son ancienne appartenance au Parti Communiste Français.

Dans un entretien avec Philippe Grauer pour le site psychanalytique oedipe en 2005, Elisabeth Roudinesco expliquait : « J’ai en effet rencontré hier François Hollande à titre privé. Je venais juste de participer à la réunion du comité de soutien du PS pour le oui à la Constitution mis place par Jack Lang. Mes positions politiques sont connues depuis longtemps : je suis de gauche, j’ai toujours voté socialiste après mon départ en douceur du Parti communiste en 1979. Et c’est au moment où, le 21 avril, Jacques-Alain Miller a proposé d’appeler à voter en faveur de Jacques Chirac au deuxième tour de l’élection présidentielle, face à Le Pen, et de s’associer à l’appel de l’Académie des sciences que j’ai demandé aux associations psychanalytiques, sans rien cacher de cette alliance, de soutenir cet appel. J’ai alors été très heureuse de voir que les psychanalystes savaient se mobiliser à l’unanimité et avec enthousiasme en un moment où il fallait défendre la France républicaine. »

En réalité, cette rencontre portait sur la défense des intérêts de la psychanalyse :

« Le combat contre l’évaluation aveugle (et non pas contre toute évaluation) que nous menons conjointement avec tous ceux qui le veulent, et avec les psychothérapeutes qui ont été, à tort, regardés comme des parias et comparés à des chefs de sectes, dépasse largement la question de la psychanalyse et des psychothérapies relationnelles : c’est un combat en faveur d’une philosophie de la liberté contre une philosophie de la soumission. […] A cet égard, le problème de l’enseignement de la psychanalyse à l’Université doit désormais être posé de façon claire et je salue ici le combat mené par Roland Gori à la tête du SIUERPP et au CNU, à la suite de mon ami Pierre Fédida, en faveur d’un enseignement clinique – fondé sur la psychanalyse et ouvert aux psychothérapies – qui ne soit pas expertisé selon les critères insensés des évaluateurs cognitivo-comportementalistes diligentés par l’INSERM. […] Ce sont tous ces problèmes que j’ai évoqués lors de ma rencontre privée avec François Hollande et en présence de Jean-Pierre Sueur. Je l’ai informé de toute la complexité que posait l’ensemble de ce dossier (psychiatrie, psychanalyse, psychologie, psychothérapies) et je n’ai pas dissimulé un seul instant l’existence des divisions internes au mouvement psychanalytique. »

Au final, il convient de s’inquiéter sur les conséquences d’une élection de François Hollande à la Présidence de la République pour le devenir des personnes autistes en France. Martine Aubry soutient le packing. Gérard Miller lui revendique ses amitiés avec Hugo Chavez, un modèle de démocrate ! Où est l’humanisme revendiqué par les tenants de la psychanalyse ?

 

Mise à jour : 5 mars – modification. La campagne présidentielle était bien celle de 2002. Elisabeth Roudinesco était bien interviewée en 2005 à l’occasion de la campagne référendaire de 2005 pour le Oui à la constitution européenne et revenait sur ce soutien des psychanalystes en 2002. Merci à JL Racca pour avoir débusqué cette erreur.

admin On mars - 5 - 2012

20 Responses so far.

  1. Villatte Michèle dit :

    je soutiens le film documentaire: le mur

  2. Emilie vaisson dit :

    C est exactement ce que je pensais !! Gauche et psychanalystes meme combat !!!! A quand des spectacles des enfoires pour l autisme, un telethon ???? Ah oui j oubliais qu ils etaient eux (artistes, journalistes service public) de gauche !!!! J ai vraiment envie de gerber

    • admin dit :

      Oui il y a un problème entre vouloir faire du bien et le résultat actuel de ses efforts, d’où la nécessité de réduire ce décalage entre fantasme d’une psychanalyse humaniste et réalité de pratiques inutiles voire destructrices. En revanche, je crois qu’il ne faut pas limiter les rapports entre la psychanalyse et la politique à ce rapport avec la gauche. A droite, par exemple, il faut rappeler qu’Edwige Antier, qui défend les psychanalystes, est députée UMP. Reste le malaise…

  3. BM dit :

    Je suis de gauche et je soutiens votre combat contre la psychanalyse. Mais malheureusement, vous vous égarez quand vous affirmez que Chavez est un dictateur ; voir le point de vue suivant :

    http://www.zcommunications.org/setting-the-record-straight-on-venezuela-and-hugo-chavez-by-eva-golinger

    (Il faut dire à votre décharge que le refrain « Chavez = dictateur » est fredonné par tous les médias dominants, et qu’il faut consacrer un peu de temps pour s’apercevoir que la réalité est toute autre…)

    On peut parfaitement être de gauche et être contre la psychanalyse :

    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-louis-racca/160212/je-suis-de-gauche-et-j-emmerde-la-psychanalyse
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/05/07/le-crime-de-m-onfray-avoir-suggere-que-freud-n-etait-pas-de-gauche-par-mikkel-borch-jacobsen_1348091_3232.html

    De plus, vous passez sous silence le fait que certains psychanalystes sont de droite, jusqu’à devenir député UMP :

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/345264.asp

    Je ne nie pas qu’il y a des liens entre une certaine gauche française et la psychanalyse, mais vous pratiquez l’amalgame d’une manière qui me paraît assez malhonnête. Personnellement, le fait que de nombreux ex-soixante-huitards se soient tournés vers la psychanalyse après Mai 68 me paraît plutôt un symptôme de ce que Guy Hocquenghem a appelé d’une formule fameuse « Du col Mao au Rotary », voir par exemple ce passage où Hocquenghem évoque l’analyse de Roland Castro chez Lacan:

    http://atheles.org/doc/agone/hocquenghem/castro.pdf (p. 135 du PDF)

    C’est tous les milieux politiques français qui sont infiltrés par la psychanalyse, là est le véritable problème.

    • admin dit :

      De David : Merci pour ces informations utiles. Mon but était principalement d’offrir une grille d’analyse simplifiée pour comprendre pourquoi nous avons autant de mal à faire progresser nos idées parmi les forces de progrès. Heureusement, comme l’a très bien écrit JL Racca, il n’y a pas d’incompatibilité entre être de gauche et être contre la psychanalyse. Le problème d’influence est le même à droite car le propre d’une dérive sectaire est d’infiltrer tous les milieux. Le problème majeur est le fait que cette influence se voit jusque dans les programmes du Front de Gauche, ce qui est inquiétant. Par exemple, JL Mélenchon a utilisé en pleine campagne ouvertement des références psychanalytiques. C’est vraiment dommage. Je suis entièrement d’accord sur les symptômes du « Du col Mao au Rotary ».

  4. coline dit :

    N’est-il pas imprudent de mettre une étiquette politique dans le débat en pleine période électorale? Certains électeurs de gauche vont assimiler votre position à une position UMPiste et se détourner du fond.

    Je suis de gauche, Gwendal Rouillard aussi, Michel Onfray aussi, etc.

    L’emprise culturelle de la psychanalyse est transversale et transpartisane, et typiquement française.

    • admin dit :

      De David: Chacun se fait son opinion en fonction des éléments. Je suis prêt à analyser tous les éléments sans parti pris. Si l’emprise culturelle est partout, elle reste aujourd’hui plus forte à gauche qu’à droite au niveau programmatique, freudo-marxisme oblige. Malheureusement, nous attendons toujours des positions claires du PS. C’est vraiment dommage que le PS ne se démarque pas plus nettement sur le sujet du Front de Gauche.

      • coline dit :

        En période de campagne c’est très compliqué, malheureusement… Peut-être serait-il intéressant de convier des représentants de Hollande aux assemblées générales associatives diverses et variées, à la marche de l’espérance, etc… Après tout le collectif des 39 les a invités à son meeting, c’est la campagne, un candidat doit rencontrer tout le monde, c’est une occasion à saisir. On peut aider en quoi que ce soit? Faites-nous savoir.

        • admin dit :

          Attendons les recommandations de la HAS et demandons aux candidats de réagir.

  5. David, il n’y a pas eu de présidentielle en 2005…
    En fait, il semble que Roudinesco et Jacques-Alain Miller aient appelé à voter Chirac AU PREMIER TOUR en 2002 (le PS n’est même pas foutu de s’en souvenir et continue de leur lécher les bottes, alors qu’il devrait, au mieux, les mépriser) !

    C’est ce qui ressort de la lecture de ce lien (tout dernier §, n° 21) :

    http://www.forumdespsychiatres.org/index2.php?option=com_content&task=view&id=729&pop=1&page=0&Itemid=1

    • admin dit :

      En fait, l’entretien est bien de 2005 à l’occasion de la campagne référendaire pour la constitution européenne en 2005 et elle revient sur le 21 avril 2002.
      Cela montre qu’il y a une relation continue au moins sur cette période.

  6. coline dit :

    Moi je trouve intéressant que des gens « de gauche » utilisent le chantage politique pour empêcher toute critique de gauche de la psychanalyse.

    Là où ils sont mal (et où je voudrais bien trouver le temps de faire une synthèse), c’est que bien des hommes de pouvoir « de droite », on servi les intérêts de la psychanalyse en France… Ce qui montre leur peu d’honnêteté intellectuelle…

    • admin dit :

      La psychanalyse n’a pas de parti même si elle a plutôt des amitiés à gauche. Elle fait feu de tout bois. On le vois bien sur la HAS.

  7. Villatte Michèle dit :

    les liens entre la gauche (et particulièrement le PCF) et la psychanalyse remontent à très loin et se sont développés en 68.
    Cependant, il faut se souvenir que Lucien Sève , philosophe communiste, avait à l’époque fait une critique assez sévère de la démarche psychanalytique et avait été critiqué de l’intérieur.
    on peut être de gauche et pour les TCC.Ce qui est mon cas.
    Il faut absolument attirer les candidats de gauche à s’informer un peu plus sur les TCC pour qu’il ne fasse pas un rejet systématique sectaire et non documenté.

  8. camard dit :

    Je pense qu il est nécessaire d’arrêter maintenant de parlementer sur le débat : la gauche pro ou anti psychanalystes?
    Vous ne cessez de répéter dans vos articles la gentille droite qui s’oppose au corporatisme psychanalytique de gauche , stop aux amalgames et aux généralités. en ce qui me concerne je suis maman d’un petit garçon autiste je condamne l’approche psychanalytique, m’oppose violemment au packing, approuve les méthodes teach et aba; mais je me sens profondément de gauche et je ne veux pas que vous tentiez d’instrumentaliser les parents afin que la droite récolte des voies aux élections car même si cela n ‘est pas votre but vous allez influencer les gens hésitants à soutenir la droite.
    Le combat des parents en ce qui concerne l’autisme est quelque chose de bien plus profond qu’une gueguerre politique, c’est notre combat à nous; après qu’il y est des divergences d’opinions en fonction de ses appartenances politiques, à nous parents ça ne nous intéresse pas.
    Ne réduisons pas le problème de fond à des enjeux politiques , ça m’exaspère et ça dessert notre cause. Merci

    • admin dit :

      L’autisme n’a pas de parti, ni de couleur politique. Néanmoins, il y a un problème avec les influences psychanalytiques dans le patrimoine génétique de la gauche français, comme le montre également Laurent Joffrin du Nouvel Observateur. Il suffit de voir les positions du Front de Gauche ou du NPA sur le sujet.
      Etre de Gauche et contre la psychanalyse n’interdit pas de conserver son libre arbitre lors des élections.
      Nous recommandons d’ailleurs la lecture du blog de Jean Louis Racca sur son blog Médiapart « Je suis de Gauche et j’emmerde la psychanalyse ».

  9. Nicolas VDR dit :

    Il semblerait qu’en France,pays qui croit détenir l’exclusivité du concept des droits de l’Homme et qui pense pouvoir donner des leçons au reste du Monde avec sa liberté de la presse classée au 44éme rang mondial (entre Chypre et la Papouasie Nouvelle Guinée) , il semblerait, donc, que lorsqu’un dirigeant politique comme Chavez fait du bien à son peuple, il soit considéré comme dictateur…
    Pour moi, la messe est dite.

  10. Arthur M. dit :

    La psychanalyse n’est pas intrinsèquement de gauche (ni de droite, à dire vrai). Le marxisme, jusqu’aux années 40-50, était d’ailleurs plutôt anti-psychanalytique (vous pensez : un déterminisme psychique immatériel!). C’est le structuralisme de Lacan qui a rendu pensable en France un montage (au demeurant très intéressant) du « matérialisme dialectique » avec la psychanalyse (où sont venus puiser en partie les courants de l’anti-psychiatrie et de la psychothérapie institutionnelle). La rencontre du freudisme et du marxisme fut donc parfaitement contingente, non nécessaire.
    Lister les affinités ponctuelles de tel psy avec tel politique ou simplifier leurs positions, c’est forcer une certaine interprétation pour le moins manichéenne et peu plausible, en tout cas superficielle.
    Je crois que la psychanalyse, à défendre une éthique d’un sujet auteur et responsable de ses actes, défend simplement une attitude républicaine (non-censurante). Et à la suivre au bout de sa cohérence interne, elle soutient les positions de chaque sujet, de chaque auteur de commentaires de ce forum, fût-ce celle d’un « j’emmerde la psychanalyse ».
    Quant aux positions du Front de Gauche, hé bien, je trouve tout à fait louable cette préoccupation insistante pour le respect des patients (de la psychiatrie mais pas seulement) et de leur famille. Reste à s’entendre sur la forme de ce respect.

    • admin dit :

      L’article est provocateur. Il souhaite effectivement provoquer une prise de réaction en montrant que gauche et psychanalyse ne vont pas forcément ensemble. L’un peut fonctionner sans l’autre. C’est la position du Front de Gauche qui pose problème dans sa réalité de terrain, pas les idées qui sont parfaitement louables.

  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Youtube
Le_mur_censuré

Officiel : Fin de partie po

  Suite à la décision de justice du 26 janvier 2012, ...

2012-03-29-Sciences-et-Avenir-3339221

Sciences et Avenir : "Autis

Sciences et Avenir consacre un dossier de 6 pages dans ...

2012-campagne-collectif-autisme-grande-cause

La campagne Grande Cause Na

La campagne grand publie de l' "Autisme Grande Cause Nationale ...

logo-Senat

Sénat : Evaluation de l'im

Le Sénat a publié il y a quelques jours la ...

2012-Franck-Ramus

Franck Ramus (CNRS) pose de

Franck Ramus est directeur de recherches au CNRS, au Laboratoire ...